• Հայերեն
  • English
  • Français
  • Georgian
  • Русский
  • Español
  • Deutsch
  • فارسی
  • Türkçe
  • Italiano

Il est exclu que nous vivions dans la cloture.Les élèves du complex éducatif Mékhithar de Sébaste ont dréssé un mur vivant

Le jardin d'enfants n93 d'Erévan tente de mettre des clotures ,mais le complex éducatif Mékhithar de Sébaste est contre car cela empechera les élèves de se déplacer. 

Le complex éducatif compte 7 écoles qui se trouvent dans les différentes parties du quartier Sud-Ouest d'Erévan.Les élèves ,les professeurs vont d'un batiment à l'autre pour participer aux lecons.Le chemin se trouve près du jardin d'enfants N93 .

Le personnel de la Maternelle veut mettre des clotures et se séparer  des établissements d'enseignement voisins,car les habitants  et les étrangers pénètrent dans leur territoire .

Les  travaux  de cloture  commencés depuis quelques jours ont été cessés par les élèves  du complex éducatif.Ils ont dressé un mur vivant.Les  travaux ont été interrompus  et les élèves ont enlevé les outils  et  ils ont planté des arbres à la place des murs.

Selon le directeur du complex éducatif M. Ashot Bleyan ce n'était pas un nouveau problème:Il y a longtemps que les  deux établissements ne trouvait pas de solution. Il dit qu'il est regrettable que tout cela se produise en présence des policiers qui sont évidemment  pour l'école maternelle,mais la situation est une bonne occasion de montrer que les élèves et les enseignants  peuvent  protéger leurs droits.

«Maintenant  je veux aller à un autre établissement  et j'entre dans le territoire de la maternelle ,mais  pas parce que je veux le faire ,je sius obligé de suivre ce chemin»,- a déclaré M.Asot Bleyan  dans une conversation  avec nous ,ajoutant que c'est le chemin le plus sur et le plus court qui mène à une autre école.

Le jardin d'enfants  a recu l'autorisation  de la mairie d'Erévan pour la construction de la cloture  du territoire,mais M Ashot Bleyan dit que ce n'est pas fait par voie légale .Tout d'abord l'école maternelle  devait les informer et organiser des discussions sur cette question ,car le complex éducatif est aussi l'un des cotés interessés. 

M.Ashot Bleyan a souligné une fois de plus que  la route doit passer à coté  de l'école maternelle,car il s'agit d'un territore  commun,préalablement ainsi construit.Mais l'accord  n'a pas duré longtemps entre les deux établissements. 

«Le soleil se lève et  les gents différents des outils dans les mains viennent mettre des clotures ,mais il n'y a absolument besoin de le faire»,-a noté Ashot Bleyan ,ajoutant que le jardin d'enfants  a beaucoup d'autres  problèmes  à résudre »:

Il s'est adressé au maire  d'Erévan:   s'il s'est trompé, a  donné  la permission ,il doit   corriger son ereur et proposer une solution acceptable pour tous, sinon  il doit montrer la route. 

Nous avons essayé  de recevoir des commentaires sur cette question du directeur de la Maternelle mais c'était impossible de le contacter.

Ani Avagyan